Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Ven 14 Nov - 19:37

Fiction qui peut être assez choquante

Chapitre 1 : L'enlèvement

C’était un jour de juillet, le ciel était très nuageux. Deux soeurs avaient décidé d’aller en ville pour fêter la fin des examens. Elles venaient de finir de manger et se dirigeaient maintenant vers les boutiques de vêtements.



- Regarde, les supers trucs, s’exclama Alice, avec un ton ironique.

- Viens, répondit Charlotte, il faut absolument que j’essaie ce t-shirt noir.



Elles entrèrent dans la boutique et passèrent une bonne heure à essayer, entre deux fous rires, toutes sortes de vêtements, sous les yeux des vendeuses qui commençaient à perdre patience. Alice était un peu plus petite que sa soeur. Elle avait son propre style et portait souvent des jeans. Elle avait un piercing dans le nez et sur la langue. Sur le rein droit se trouvait un petit ange, tout comme chez Charlotte. Ce tatouage témoignait de la complicité et de la confiance qui unissait les deux sœurs. Alice avait les yeux verts, Charlotte les avait bleus. L’une avait des cheveux bruns, mi-longs, l’autre les avait noirs et longs. Elles avaient toutes les deux seize ans. Charlotte avait aussi un style bien à elle avec quelques influences gothiques. Un maquillage très foncé faisait ressortir ses yeux. Elles étaient toutes les deux jolies mais elles n’avaient pas de petits amis à cause de leur mauvais caractère. En effet, Alice était très impulsive. De plus, il n’y avait que Charlotte qui pouvait supporter son caractère de « cochon ». Alice était rebelle et assez agressive. Tout le contraire de sa sœur qui était calme, douce et remplie de patience mais pas pour autant facile à vivre. Cerise sur le gâteau, elles étaient inséparables, donc les autres devaient les supporter toutes les deux, ce qui était quasiment impossible.



Elles sortirent du magasin, sous les regards noirs des vendeuses, sans rien acheter.



- On devrait se dépêcher sinon on va rater le bus, dit Charlotte.

- Ouais, surtout que ça ne va pas tarder à tomber, répondit Alice en observant les gros nuages noirs dans le ciel.



Elles se mirent à marcher en direction de l’arrêt de bus. Après un long moment de marche, la brune se sentit mal à l’aise lorsqu’elle remarqua une camionnette noire, derrière elles, qui avançait très lentement. Elle ne dit rien à sa sœur afin de ne pas la paniquer.



- On peut passer par là, s’il te plaît, demanda Alice.

- Mais on va rater le bus !

- C’est rien, on a qu’à demander à maman qu’elle vienne nous chercher et pendant ce temps, on va boire un chocolat chaud au café.



La grande acquiesça. Elles tournèrent à droite. Alice avala nerveusement sa salive lorsque la camionnette tourna également à droite. Maintenant, elle en était sûre et certaine : on les suivait. Elle fut soulagée de voir du monde près du café, au bout de la rue.

Le ciel était maintenant couvert de sombres nuages orageux.



- Je voudrais pas te stresser mais, j’ai la nette impression qu’on est suivie, dit Charlotte en fouillant dans sa poche.

- Qu’est-ce qu’on fait ?

- Déjà, on va aller là-bas car il y a du monde et on téléphone à maman pour qu’elle vienne nous chercher.



Elles n’étaient plus qu’à deux cent mètres du café. Tout en marchant, Charlotte prit son téléphone portable et commença à composer un numéro. Devant le café, il y avait un petit groupe de jeune personne. Un du garçon fit remarquer au reste de la bande, qu’une voiture suspecte suivait deux jeunes filles. Tout se passa rapidement : la voiture barra la route aux jeunes filles, les cachant ainsi aux yeux des autres. Ensuite, on entendit des cris, des appels à l’aide, des portières qui claquent, des pneus crisser et les filles, tout comme la voiture, avaient disparu. Il ne restait qu’un téléphone portable avec un numéro composé dessus. Tout c’était passé si rapidement que personne ne pu réagir. Une vieille dame qui avait assisté à la scène, était dégoûtée de la société dans laquelle elle vivait : le trois quart des personnes avaient fait comme si rien ne s’était produit. Pour les autres personnes, elles étaient encore sous le choc. La vieille dame appela la police. Celle-ci fut rapidement sur place malgré la forte pluie qui commençait à tomber.

Une policière s’approcha du téléphone qui était à terre pendant que son coéquipier écoutait les témoins. Elle jeta un coup d’œil dans le répertoire et appela le correspondant nommé « maman ».
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Ven 14 Nov - 19:53

Bien écrit. Je sens que l'histoire va vite être glauque, par contre...
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Ven 14 Nov - 20:17

Oui en effet ...

Chapitre 2 : Noir destin ...



Une femme observait, de la fenêtre de sa chambre, la pluie qui tombait. Elle avait les yeux rouges à force d’avoir pleuré. Sur la table de nuit, il y avait différents anti-dépresseurs. Cela faisait un ans que c’est deux filles avaient été enlevées. Elle l’avait très mal vécu et avait tenté à plusieurs reprises de mettre fin à ses jours, mais en vain. L’enquête n’avait pas avancé et avait fini par être classé « affaire sans suite ». Heureusement, un inspecteur enquêta en douce pour retrouver les deux disparues. Sylvie, la mère d’Alice et Charlotte, sursauta lorsque le téléphone sonna.



- Allo madame Haley ?

- Oui, répondit-elle d’une voix tremblante.

- Ici l’inspecteur de police chargé de l’affaire de l’enlèvement de vos filles, nous avons du nouveau.

- Je vous écoute.

- Nous avons localisé la voiture qui les aurait kidnappé. Nous nous y rendons immédiatement et je vous tiendrais personnellement au courant de l’avancement des choses.

- Merci inspecteur.



Elle avait perdu espoir de revoir ses filles vivantes mais il semblait y avoir une chance pour que ce soit le contraire.



Pendant ce temps, la police était sur le lieu proprement dit. C’était un appartement du vieux quartier. Une fois le bâtiment encerclé, le chef ordonna à ses troupes d’avancer jusqu’à l’entrée de l’appartement. La porte se fracassa dans un énorme bouquant. Mais à leur surprise, l’appartement était vide. Le tueur avait donc été plus rapide que les forces de l’ordre.

Ils se mirent à fouiller toutes les pièces, à vérifier si il n’y avait pas de cachettes en frappant contre les murs, jusqu’à ce qu’un bruit creux se fit entendre.



- Chef, venez par ici.

- On dirait bien qu’il y a quelque chose derrière, dit le supérieur, cassez immédiatement ce mur.



Dès que l’ouverture fur assez grande pour y faire entre un adulte, les policiers découvrirent une porte en métal.



- En fait, ce mur servait à bloquer l’accès à la cave.

- C’est que notre homme a quelque chose à nous cacher, dit-il avec un sourire aux lèvres.



La porte s’ouvrit lentement. Il faisait assez sombre et il y avait une odeur infecte. Prenant son courage à deux mains, l’un des policiers descendit les escaliers avec une lampe et un masque.

Arrivé en bas, il découvrit des objets de torture recouverts de sang. Alors qu’il continuait son périple, il vit une petite porte en bois. L’odeur semblait venir de là-bas.

Il poussa doucement la porte et, au fur et à mesure que celle-ci s’ouvrait, il scruta tout ce qui était à la porter de ses yeux. Il arrêta aussi sec son mouvement lorsqu’il vit des jambes sur le sol. L’homme, devenu tout pale, appela son supérieur. Celui-ci n’hésita pas à ouvrir entièrement la porte et il se retrouva face à deux corps, couverts de bleus et de sang, sur le sol. C’était deux jeunes filles. L’une avec des cheveux bruns, l’autre avec des cheveux noirs. Le supérieur avait déjà deviné l’identité des filles. D’ailleurs, le tatouage qui dépassait ne faisait que confirmer ce qu’il pensait.

- Appeler la police criminelle, ordonna-t-il à la policière qui se trouvait derrière lui, et demandez leur de venir dans la cave.



Elle remonta à toute vitesse et réapparut quelques minutes plus tard accompagnée d’hommes en blouse blanche.



Madame Haley était seule chez elle, comme toujours depuis la disparition des ses filles. Son mari était américain et était partit dans son pays natal pour travailler alors que les filles n’avaient que 4 ans. Depuis, elle s’en était toujours occupée seule. Elle les protégeait, les aimait. Lui, il n’est jamais revenu.

Elle était maintenant dans la cuisine, une tasse de café dans la main. Son attention fut retenue par le calendrier : nous étions le 4 juillet. C’était l’anniversaire de Charlotte et Alice. Elle avait aujourd’hui dix-sept ans. La mère se mit à pleurer en pensant à ses petites chéries.



Pendant qu’ils s’occupaient d’examiner les corps, l’inspecteur prit son téléphone portable et composa le numéro de madame Haley. Il hésita, il n’aimait pas faire ce boulot pour cette raison. Annoncer la mort d’une personne à sa famille, c’était pas son truc.



- Allo ?

- A…Allo madame Haley… ici l’inspecteur.

- Oui, vous avez du nouveau ?



Au moment où il voulu annoncer la mauvaise nouvelle, l’un des médecins légistes le coupa.



- Monsieur l’inspecteur, il y en a une qui respire encore mais elle est inconsciente et très faible.

- Et pour l’autre ?

- Je suis désolé mais … elle est morte.



La tasse lui échappa des mains, madame Haley, qui avait tout entendu, raccrocha. Elle ne voulait pas savoir laquelle était vivante ou morte parce qu’elle ne pourrait vivre sans les deux. Elle monta dans sa chambre et prit calmement le revolver qui se trouvait dans la table de nuit. Il était là afin de les protéger mais, il n’avait jamais servis.

Sylvie hésitait, des tas de choses se bousculaient dans sa tête. Elle n’avait pas su protéger ses deux amours, elle ne méritait donc pas de vivre. Voilà la dernière chose qui lui traversa l’esprit avant qu’elle ne place le revolver contre sa tempe et appuie sur la détente.



Sentant que quelque chose n’allait pas, l’inspecteur décida d’aller rendre visite à madame Haley. C’est ainsi qu’il la découvrit allongée sur le lit, la cervelle explosée, dans une flaque de sang, qui avait aussi été éjecté un peu partout sur les murs et avait imprégner les tissus.



Charlotte fut conduite d’urgence à l’hôpital. Alice fut enterrée aux côtés de sa mère. Le diagnostique de la jeune fille n’était pas très bon. Mais heureusement, la science actuelle permettait de la maintenir en vie et notamment grâce à la respiration artificielle. Au total, six docteurs faisaient de leur mieux pour la guérir. Elle semblait se remettre doucement de ces blessures mais, ce qui inquiétait les docteurs était son coma profond. Pour une adolescence de dix-sept ans, c’était tout à fait anormal.



- Il se peut qu’elle ne se réveille jamais, dit l’un de médecin à l’inspecteur.



Celui-ci venait régulièrement voir Charlotte. D’une part parce qu’elle peut l’aider à coincer le tueur mais, d’autre part parce qu’il s’était attaché à elle. Et oui, elle avait du subir les pires atrocité et n’avait plus de familles.



- Tenez moi au courant, s’il vous plaît, dit-il en se dirigeant vers le couloir.
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Ven 14 Nov - 20:31

Toujours aussi bon (malgré que le fait que l'inspecteur qui s'attache à la fille, ça fait cliché) et tu sais toujours aussi bien retransmettre les émotions.
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Ven 14 Nov - 20:35

Chapitre 3 : Sommeil eternel ?

Cela faisait cinq jours que Charlotte était rentrée à l’hôpital, mais son état ne s’améliorait pas.

L’inspecteur Michel Fitzgerald venait la voir tous les jours après son service. C’était la seule personne d’ailleurs. Il déposait sa veste, prenait une chaise, posait sa main sur celle de la jeune fille et attendait. Pourquoi faisait-il cela ? Pas pour pitié, non, jamais il n’oserait… Non, c’était parce qu’il les avait vues grandir, elle et sa sœur. Il était un ami de leur mère. Non, plus qu’un ami … un sauveur. Il a su s’opposer à ce mari violent, il a su délivrer cette femme d’un mari alcoolique. Les filles ne le savaient pas, mais la mère ne l’avait jamais oublié. Son départ en Amérique fut une libération, une nouvelle vie pour cette mère au foyer, qui ne croyait plus au bonheur. Heureusement, ses deux filles lui avaient redonné espoir en la vie.

Les médecins étaient entrain de discuter dans un local lorsqu’une infirmière vint les prévenir de la présence de l’inspecteur. L’un d’entres eux se porta volontaire pour expliquer la situation à cet homme : le Docteur Kardon.

Il entra dans la chambre et serra la main de Michel. Il l’invita à venir dans le couloir.


- Je suis désolé mais je ne veux pas la laisser seule…

- Très bien, répondit le Docteur Kardon. Je vais être honnête avec vous Monsieur.


Il marqua une pause qui semblait infernale pour Michel.


- Mes collèges et moi, continua-t-il, pensons qu’il faudrait la débrancher car ses chances de se réveiller sont quasiment nulles… De plus, elle n’a plus de famille…

- Je vous interdit de le faire, dit Michel d’un ton froid, je … je suis sûr qu’elle va se réveiller…


Il avait changé de ton tant sa tristesse était profonde.


- Même si elle se réveille un jour, elle aura de graves séquelles vu le temps de son coma, dit le Docteur.

- Quels genres de séquelles, demanda-t-il inquiet.

- Son cerveau a été endommagé par un manque d’oxygène. Ses séquelles serraient de perdre la mémoire, mais voir pire, comme perdre la faculté de bouger ou de parler.


Il se tourna et observa Charlotte, puis il réfléchit un moment.


- S’il vous plait, laissez lui encore un peu de temps …

- Je vais essayer d’en parler à mes collèges, répondit le médecin hésitant.


En voyant le regard de cet homme, il eut un pincement au cœur. C’est vrai que cette petite se battait pour rester en vie … Après quelques instants, il conclut :


- Très bien Monsieur Fitzgerald, je lui laisse une semaine … Mais après, je ne pourrai plus rien faire.

- Merci, vous êtes quelqu’un de bien, répondit Michel avant de se rasseoir près de Charlotte.


Il s’approcha de son oreille et lui parla longtemps.


Les jours passèrent et se ressemblèrent pour le grand malheur de Michel. Ce jour là, il ne put aller travailler car c’était le jour fatidique : cela faisait exactement une semaine qu’il avait eut cet entretien avec le Docteur Kardon.


Lorsqu’il entra dans la chambre, il fut surpris de voir du monde s’activer autour du corps de Charlotte. Il s’approcha, inquiet, et demanda au Docteur Kardon, qui était présent, ce qu’il se passait.


- Son activité cérébrale se manifeste, répondit-il assez confus, cependant son rythme cardiaque est instable. On a même failli la perdre tout à l’heure.

Les autres médecins et infirmiers sortirent de la chambre. Il ne restait qu’une infirmière qui rangeait le reste du matériel. Le Docteur Kardon demanda à celle-ci de les laisser. Elle obéit.


- Vous savez ce que nous devons faire…

- Mais vous avez dit qu’elle avait une activité cérébrale plus élevée !

- Oui, mais ce n’est pas ce qui va l’aider à se réveiller. Je suis désolé…

- Je comprends … Au moins, vous avez fait votre possible pour la sauver.


Michel alla près de la jeune fille. Il était triste de la laisser partir, elle était si jeune. Elle n’avait plus de famille, et alors ? Il s’en serrait occuper comme si elle était sa propre fille. Et ça, il aurait tant voulu lui dire. D’ailleurs, c’est maintenant ou jamais… Il se pencha vers elle et lui murmura :


- Charlotte … C’est moi Michel… Tu ne te souviens sûrement pas, tu étais si jeune. Je t’en supplie, réveille toi … Tu ne sera pas seule, je t’en fais la promesse… Je t’aiderai, crois moi.


Les larmes lui montaient aux yeux …

- Je t’en prie … prouve à ces médecins qu’ils ont tors … Je t’ai toujours considérée comme ma fille, Charlotte … Si tu as entendu tout ce que je t’ai dit … fais le moi comprendre …

Les minutes passèrent et rien ne se produisit. Il fondit en larme, il voulait tellement l’aidée. Le Docteur annonça :


- Je suis désolé mais il est temps de …


Michel déposa un baiser sur le front de la jeune fille. Il tenait sa main et n’avait aucune envie de la lâcher. Le Docteur Kardon s’avança vers les machines et au moment où il s’apprêta à les couper, Michel cria :


- Je ne rêve pas !? Charlotte, tu viens de me serrer la main ? Docteur venez voir !


Le Dr Kardon s’approcha et plaça sa main dans celle de Charlotte. Il constata stupéfait qu’effectivement la jeune fille se manifestait en serrant faiblement sa main.


- Je vous l’avais dit qu’elle pouvait se réveiller, s’exclama Michel qui était ému.


Au bout de quelques minutes, c’est tout un petit monde qui s’occupe de l’adolescente.

Quelques heures plutard, elle était toujours dans son lit d’hôpital mais elle dormait, pour le plus grand bonheur de Michel.
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Ven 14 Nov - 20:42

Je ferme ma bouche pour ce que j'ai dit à propos de l'inspecteur^^. Sinon, toujours aussi excellent, quoi que par moment, Michel veut que la fille reste en vie et puis, j'ai l'impression qu'il abandonne totalement l'idée de la sauver. Enfin, c'est peut-être qu'une impression, aussi...
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Ven 14 Nov - 20:52

Shaman Jerk a écrit:Je ferme ma bouche pour ce que j'ai dit à propos de l'inspecteur^^. Sinon, toujours aussi excellent, quoi que par moment, Michel veut que la fille reste en vie et puis, j'ai l'impression qu'il abandonne totalement l'idée de la sauver. Enfin, c'est peut-être qu'une impression, aussi...

Oui mais bon, la vie continue.
Puis c'est un adulte, il travaille, il a beaucoup d'autres préoccupations il ne peut pas centrer sa vie sur Charlotte
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Ven 14 Nov - 21:08

Mouais, t'as raison, mais savoir que la personne que l'on considère comme sa fille va sûrement ne plus jamais revenir, ça doit quand même un peu être...enfin, je sais pas expliqué, mais je suppose que t'avais ce que j'essaye de faire comprendre^^
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  kawashima kioryu le Dim 16 Nov - 0:05

c est triste

tres triste je crois que
je crois que je vais pleurer
avatar
kawashima kioryu

Messages : 279
Date d'inscription : 14/11/2008
Age : 23
Localisation : quelque pars en ville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Dim 16 Nov - 0:51

J'espère que tu vas la continuer, parce que, franchement, c'est ma préférée parmi les autres!
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  kawashima kioryu le Dim 16 Nov - 1:22

moi ce que j aime bien
c est quel ne fait quasi pas de faute d orthographe
avatar
kawashima kioryu

Messages : 279
Date d'inscription : 14/11/2008
Age : 23
Localisation : quelque pars en ville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Dim 16 Nov - 19:55

Chapitre 4 : Reflexe cérébral


Plus les jours passaient, plus Charlotte reprenait des forces. Cela faisait maintenant plusieurs jours qu’elle était sortie de son coma mais elle n’avait pas encore ouvert les yeux. On aurait dit qu’elle attendait que quelqu’un vienne la réveiller …

Un matin, Charlotte ouvrit enfin les yeux. Elle vit une infirmière qui courra en direction de la porte. Quelques instants plus tard, celle-ce revint accompagnée d’un homme en blouse blanche. Il s’approcha de la jeune fille, et l’ausculta.

- Alors comment te sens-tu, Charlotte, c’est ça ?

- Comment vous savez mon prénom ? Et puis, qu’est-ce que je fais dans un hôpital ?

- Tu n’as pas répondu à ma question, dit le Docteur en ignorant les propos de la jeune fille.

- J’ai un peu mal aux jambes et au ventre aussi. Mais vous non plus, vous ne m’avez pas répondu, répondit Charlotte.

- Ecoute, il faut que tu te reposes et on en reparlera après, infirmière.

Il fit un geste à l’infirmière présente dans la pièce.

- Il n’est pas question que je me repose tant que je ne sais pas ce que je fais ici, dit elle en haussant la voix.

A ces mots, l’infirmière prit la seringue qui contenait un calmant et l’administra de force à Charlotte.

C’est en soirée qu’elle se réveilla et la première chose qu’elle vit était un homme d’une quarantaine d’année. Lorsqu’elle remarqua qu’il lui tenait la main, elle eut un mouvement de recul.

- Qui … Qui êtes-vous ?

- Je suis ton ami et je veux t’aider à coincer celui qui a fait ça.

Elle réfléchit un moment. Elle avait l’air déboussolé.

- Mais … Qui m’a fait quoi ? De qui parlez vous ?

- Tu … tu ne te souviens plus ?

- Et où est ma sœur ? Et ma maman, elle sait que je suis ici ?

Il n’arrivait pas à le croire : Son cerveau avait complètement effacer l’année qu’elle venait de passer. Michel sortit et appela son supérieur pour lui annoncer le réveille de la victime et son amnésie. Le supérieur conseilla que la jeune fille aille voir un psychologue confirmé, afin de lever le voile sur la captivité de celle-ci, dès qu’elle le pouvait.

- Elle ne sait pas pour sa mère et sa sœur, dois-je lui dire maintenant ?

- Il serrait préférable qu’elle se repose d’abord.

- Très bien… Au revoir.

C’est avec regret qu’il du mentir à son petite protégée sur le sort de sa mère et de sa sœur.
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Dim 16 Nov - 19:59

C'est du bon, comme d'hab! Par contre, il m'a l'air plus court que les autres, comme chapitres...
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Dim 16 Nov - 20:07

Chapitre 5 : Un nouvelle qui fait mal ...


Plus les jours passaient et plus Charlotte reprenait des forces. Malgré les quelques tentatives de Michel, elle n’avait toujours pas retrouvé la mémoire.

Deux semaines s’étaient écoulées depuis le réveille de la jeune fille. Michel et Charlotte avaient appris à se connaître et s’entendaient à merveille.

Pour le moment, elle avait abandonné l’idée de demander des nouvelles de sa maman et d’Alice. Et Michel, de lui faire retrouver la mémoire.

Le Docteur Kardon avait annoncé que Charlotte pourrait sortir demain sauf si des complications venaient durant la nuit.

Michel se pressa d’aller lui annoncer la nouvelle.

- Salut. Comment tu te sens aujourd’hui ?

- Ben ça peut aller mais j’en ai marre de rester ici …

- Je te comprends, ça doit pas être chouette, fit-il avec un sourire.

- Le seul point positif dans tout ça, c’est …

- Quoi la nourriture, demanda l’homme.

Charlotte partit dans un fou rire et une fois maîtrisé, elle répondit :

- Ah ça, ça risque pas ! Ce que je voulais dire, c’est le fait de se faire servir. Tout le monde est au petit soin avec moi ^^

- Flémarde, dit-il en riant. Bon j’ai une bonne nouvelle pour toi.

- Ils ont décidé de m’apporter de la pizza pour ce soir ?

- Heu non, mais si tu veux demain on peut aller s’en manger une…

- Haha t’es drôle toi ! Je te rappelle que si je bouge une fesse de ce lit, on me fait pioncer à coups de calmant, râla Charlotte

- T’exagères !! Le Docteur a dit que tu pouvais sortir dès demain.

- Vraiment ?

- Je ne suis pas du genre à faire des mauvaises blagues.

- C’est pas trop tôt !!

A ce moment, une infirmière entra dans la chambre pour annoncer la fin des heures de visites.

C’est à une Charlotte surexcitée qu’il dit au revoir.

Le lendemain, Michel se dépêcha d’aller chercher Charlotte à l’hôpital. Une fois les affaires chargées dans le coffre, elle prit la parole.

- Tu connais le chemin pour aller chez moi ?

- On ne va pas chez toi, dit-il en évitant le regard interrogateur de le jeune fille.

- Mais … Pourquoi ?

- Je te le dirai une fois à la maison, je te le promets.

Elle se tut, peur d’avoir compris le pourquoi de cette histoire.

Le trajet se fit dans un silence total et durant celui-ci, Michel pensait aux mots, aux phrases qu’il pourrait employer afin de ne pas brusquer Charlotte.

Arrivés à destination, Michel prit les affaires de Charlotte et les déposait dans le hall. Il l’invita à s’asseoir au salon.

- J’aurais du te le dire avant mais je n’étais pas prêt … et je ne le suis toujours pas.

Elle le regarda silencieusement.

- Tu dois être forte … Quand je t’ai dit que tu as été kidnappée pendant un an, continua-t-il, tu n’étais pas seule… Ta sœur, Alice, a elle aussi été enlevée. Lorsqu’on vous a retrouvé, elle … elle était…

Ses mains tremblaient, les mots lui tranchaient la gorge. Il prit une grande inspiration et finit sa phrase.

- Elle était morte.

Cette phrase eut l’effet d’un coup de couteau pour Charlotte. Des larmes coulaient le long de ses joues.

- Et ma maman, demanda-t-elle entre deux sanglots.

- En… En apprenant le décès de l’une de ses filles, elle s’est donnée la mort.

Il venait de tout dire d’une seule traite.

Elle se laissa glisser le long du fauteuil et finir sur les genoux. Elle avait perdu ce qu’elle avait de plus chère et en pleurait toutes les larmes de son corps.

Michel s’approcha et la serra dans ses bras en la berçant.

- Je sais que c’est dur mais je suis sûr que ta maman veut que tu sois forte.

- Mais je n’ai plus de famille, dit Charlotte en pleurant.

- Je suis là moi, fit il doucement.

Michel trouva les mots pour la réconforter. Elle s’endormit de fatigue sur le divan. Il la prit dans ses bras et la monta dans sa chambre. Il redescendit prendre les valises et les monta également. Au moment de fermer la porte, il crut entendre un « merci » de la part de sa petite protégée.
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Dim 16 Nov - 20:12

Bon chapitre. Par contre, après quelques mots, la fille se calme alors qu'elle vient d'apprendre la mort sa soeur et sa mère... M'enfin bon, sinon, c'est excellent!
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Dim 16 Nov - 20:15

Shaman Jerk a écrit:Bon chapitre. Par contre, après quelques mots, la fille se calme alors qu'elle vient d'apprendre la mort sa soeur et sa mère...

Crois moi que si t'es assez de fort de caractère tu peux cacher ce que tu ressens & faire croire au mode que tout va bien ...
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Dim 16 Nov - 20:24

TheLicantrophe a écrit:
Shaman Jerk a écrit:Bon chapitre. Par contre, après quelques mots, la fille se calme alors qu'elle vient d'apprendre la mort sa soeur et sa mère...

Crois moi que si t'es assez de fort de caractère tu peux cacher ce que tu ressens & faire croire au mode que tout va bien ...

Pas faux... Une fois de plus, j'aurai mieux fait de fermer ma bouche...
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Dim 16 Nov - 20:31

Shaman Jerk a écrit:
Pas faux... Une fois de plus, j'aurai mieux fait de fermer ma bouche...

Ben non dis pas ça ^^

Au moins ça prouve que je sais ce que j'écris xD
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Dim 16 Nov - 20:49

Chapitre 6 : Un Air de Bonheur Ephémère


- Charlotte …

Ce murmure la sortit de son sommeil. Elle ouvrit les yeux avec peine car les tentures avaient été tirées. A cause de la grande luminosité qui entrait dans la pièce, sa vision était trouble. Elle voulu ramener la couverture sur son visage mais on prononça à nouveau son prénom. Elle se retourna lentement et aperçu un homme. Celui-ci affichait un grand sourire. Une fois ses yeux habitués à la lumière, elle pu reconnaître Michel qui tenait un plateau.

- Je me suis dit qu’un petit déjeuner au lit te ferrait plaisir.

- C’est gentil ! J’ai toujours rêvé qu’on m’apporte mon dej’ au lit, dit Charlotte en souriant.

- Je t’ai fait des tartines grillées avec de la confiture de framboise et du jus d’orange et une pomme. J’espère que ça te plait ?

- Oh tu sais, répondit-elle d’une voix pâteuse, je ne suis pas difficile pour manger.

- Tant mieux alors, dit Michel tout sourire, mais je suis étonné que tu n’aies jamais pris un déjeuner au lit.

- J’en au déjà pris … C’est seulement qu’on ne me l’avait jamais apporter, dit-elle.

- Ah, je vois.

Elle avait pris une autre expression : elle ne souriait plus mais on avait l’impression qu’elle avait des étoiles pleins les yeux.

- C’était moi qui aller le préparer, continua-t-elle, j’apportais le tout à Alice et nous déjeunions ensemble.

Michel avait peur qu’elle ne se remette à pleurer en repensant à sa sœur, par sa faute, mais au contraire, elle souriait légèrement…

- Tu sais, dit Michel sur un ton paternel, si tu as besoin de moi pour passer le cap, je suis là.

- Merci. Mais pleurer, ça ne les ramènera pas, donc ça sert à rien, dit-elle.

Il était content qu’elle résonne de cette manière.

- Bon, je vais te laisser manger. Je dois partir travailler dans environ 1 heure.

- Okay Monsieur, Fit Charlotte avec un petit clin d’œil.

Michel quitta la chambre, laissant Charlotte seule avec le plateau qui allait connaître un sort terrible. Elle le rapprocha doucement et se mit à manger avec appétit. C’est 15 minutes plus tard, qu’elle eu finit de déjeuner. Ensuite, elle se leva du lit, prit des vêtements dans sa valise et partit à la recherche de la salle de bain.

- Mais quel labyrinthe cette maison, s’exclama la jeune fille.

Après plusieurs pièces, elle trouva enfin la salle de bain.

Lorsqu’elle descendit habillée et coiffée, Michel se préparait à partir travailler.

- Ah au fait, j’ai pris un rendez-vous chez un psychologue pour 19 heures 30.

- Ah et ?

- Ca veut dire : soit prête à 19 heure, fit-il avec un clin d’œil.

Dès qu’il eu passé la porte, Charlotte s’affala sur le divan. Le fait qu’elle doit aller chez un psychologue la déprimait un peu parce que là, là elle est bien avec Michel qui est un peu le père qu’elle n’a jamais eu. C’est un nouveau départ, une nouvelle vie. Alors pourquoi vouloir remuer le passé … Elle avait peur mais était curieuse en même temps.

Soudain, elle pensa qu’elle ne devrait pas y aller car si elle ne se souvenait plus de ces évènements, c’était pour une bonne raison. C’est vrai, ce n’était pas une panne de cerveau ou quoi que ce soit d’autre,non , c’était pour pas qu’elle ne souffre … Mais peut-être que c’est le contraire … Tout est tellement flou …
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Dim 16 Nov - 20:51

Good chapter, avec une Charlotte que j'apprécie de plus en plus.
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Dim 16 Nov - 20:58

Chapitre 7 : Séance d'hypnose_partie 1


Charlotte sursauta lorsque la grande horloge du hall d’entrer sonna 19h. Michel n’allait pas tarder à rentrer de son travail. Quelques minutes plus tard, un bruit de clé se fit entendre et Michel apparût au pas de la porte.

- Charlotte ? Tu es prête ?

- Heu … Non, répondit la jeune fille avec une boule dans la gorge.

- Ben t’en pis parce qu’on y va, dit Michel en riant.

Et ils partirent en direction du psychologue Harman P., un des meilleurs du coin.

Une fois arrivés, une secrétaire les invita à prendre place dans la salle d’attente. Peu de temps après, un homme fit son apparition.

- Monsieur Fitzgerald ?

- C’est à nous, fit-il en prenant la main de Charlotte, Courage.

Le psychologue les fit entrer dans son cabinet et les fit s’asseoir avant de prendre la parole.

- C’est pour la demoiselle, n’est-ce pas ?

- Effectivement, répondit Michel.

Charlotte regardait autour d’elle sans prêter la moindre attention aux 2 hommes.

Ceux-ci discutaient des détails de l’histoire de Charlotte, ceux que l’on connaissait.

- Charlotte, c’est ça ?

Elle sursauta.

- Heu oui, dit-elle angoissée.

- Viens t’allonger sur ce fauteuil, tu y seras mieux.

Elle s’exécuta.

- Bon, reprit le psychologue, nous allons procéder à une séance d’hypnose.

- Je peux vous demander quelque chose, interrogea timidement la jeune fille.

- Je t’en prie.

- Est-ce qu’il peut venir près de moi, dit-elle en désignant Michel du doigt.

- Mais oui bien sûr.

Michel fut très ému de la réaction de Charlotte car elle prouvait bien qu’elle l’avait totalement accepté comme père, qu’elle lui faisait confiance. Il s’approcha d’elle et lui prit la main.

- Détends-toi, tu n’as rien à craindre, la voix du psychologue se faisait de plus en plus douce, tu vas te concentrer sur le mouvement de ce pendule. Tu te sens fatiguée, tes yeux se ferment seuls tellement tes paupières sont lourdes … Respires profondément …

Sa voix semblait s’effacer lentement.

- Tu n’entends que ma voix … Concentres toi sur ma voix … Maintenant, tu va aller 1 ans en arrière … en début du mois de juillet … Tu es avec Alice en ville … Qu’est ce que tu vois ensuite ?

Michel avait toujours été septique sur ce genre de méthode mais là, il devait se résigner : ça fonctionnait.

Charlotte prit la parole avec un ton monotone et lent.

- Il faisait nuageux mais on avait décidé d’aller faire les boutiques pour fêter la fin des examens … Après être restée longtemps dans un magasins, on s’était dépêchée d’aller à l’arrêt du bus pour ne pas le rater … Il y avait de plus en plus de nuage … Alice a voulu changer d’itinéraire et d’aller au petit café, là où il y avait du monde … C’est là que, moi aussi, j’ai remarqué cette camionnette noire qui nous suivait … On a marché plus vite en direction des personnes du café … J’ai rassuré Alice que tout allait bien se passé … J’ai pris mon téléphone portable .. J’ai … J’ai voulu appeler maman mais la voiture nous a barrer la route en … en montant sur le trottoir … Quatre hommes sont sortis … deux ont attrapé Alice et l’ont poussé dans la camionnette … les deux autres m’ont attrapé par les poignets et m’ont également poussé … On avait beau crier, personne n’ai venu nous aider …

Le psychologue et Michel se regardaient droit dans les yeux. Michel voulu prendre la parole mais celui-ci lui fit comprendre du regard que ce n’était pas une bonne idée. Michel prit donc une feuille de papier sur le bureau ainsi qu’un bic et y écrit quelques mots. Il la tendit ensuite à monsieur Harman.

« Demandez lui des détails sur ces quatre hommes afin des les identifier »

Le psychologue acquiesça.

- Charlotte, les quatre hommes, as-tu pu voir leurs visages ?

- Non … Ils avaient tous un masque …

- Que c’est-il passé ensuite ?

- Ils nous ont bandé les yeux et attaché les bras … et la voiture a redémarré en trombe …

Un très faible carillon sonna dans la pièce pour indiquer 20h15.

- Très bien, maintenant Charlotte, je vais compter jusqu’à trois et tu te réveilleras 1 ... 2 … 3

La jeune fille ouvrit les yeux et sourit en voyant le visage de Michel. Monsieur Harman proposa un autre rendez-vous vu le succès de cette méthode sur la jeune fille.

- Je peux vous prendre la semaine prochaine, à … à la même heure. Cela vous convient-il ?

- C’est parfait. Et bien, à la semaine prochaine Monsieur Harman.

Une poignée de main en guise d’au revoir, les voilà maintenant dehors.

- Alors, comment tu te sens, questionna Michel.

- Bien, j’ai dit quelque chose pendant la séance ?

- Quoi ? tu ne te souviens pas ?

- Le trou noir. J’ai l’impression d’avoir dormi dix heures !

- Faudra que j’en parle au psy. Bon, ça te tente un petit resto’ chinois ?

- Toujours, fit-elle en souriant.
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Dim 16 Nov - 21:12

Ca se résous assez rapidement... Sinon, nice chapter!
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Dim 16 Nov - 21:16

Shaman Jerk a écrit:Ca se résous assez rapidement... Sinon, nice chapter!

Mmmh Oui mais attends de voir les complications ...
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  TheLicantrophe le Lun 17 Nov - 22:00

Chapitre 8 : Séance d'hypnose_partie 2


- Allo ?

- Hein ! Quoi, s’exclama Charlotte.

- On se réveille.

- Ah, ce n’est que toi … Tu m’as fichu la trouille !

- Comment ça ce n’est que moi, dit Michel, vexé. Enfin soit, il est passé 14h.

- On m’appelle pas marmotte pour rien, dit-elle en faisant un clin d’œil.

- Ca vaut même plus la peine déjeuner à cette heure-ci …

- T’as raison … J’attaque directement le dîner.

- Fais attention à ta ligne, fit-il d’un air moqueur.

Charlotte prit son oreiller et l’envoya valser dans la figure de son papa adoptif. Il répondit à son jeu et lui renvoyant. Ce petit manège perdura un certain temps, puis Michel s’écria :

- Bon tu descends sinon tu vas passer directement au souper !

- Oui, oui, pardon.

Un peu plus tard

Alors qu’elle venait d’avaler la dernière bouchée de son dîner, Michel lui rappela que la séance chez le psychologue était aujourd’hui, à 19h30. Elle acquiesça et se dirigea au salon afin de regarder la télévision.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une fois arrivé sur place, ils s’installèrent dans la salle d’attente.

Michel consulta sa montre.

- Dans 20 minutes c’est à nous.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

La secrétaire passa la tête entre la porte et annonça que c’est à eux.

- Bonjour Monsieur Harman, fit Michel en tendant sa main.

Le psychologue en fit de même et les invita à s’asseoir.

- Alors, y a-t-il des choses qui sont revenues d’elles même, questionna-t-il ?

- Malheureusement non. Par contre, j’ai constaté qu’elle ne se souvient pas de ce qu’elle dit pendant l’hypnose.

Le psychologue réfléchi un moment avant de dire.

- Je vois ...C’est un problème au niveau du subconscient.

- Que voulez vous dire, demanda Michel.

- Je pense que Charlotte, inconsciemment, ne veut pas se souvenir de cette période. Elle utilise donc toutes les méthodes pour créer une barrière. Mais ça peut nous embêter par la suite … Enfin nous verrons bien.

Charlotte qui avait été attentive à ce que disait le psychologue se demandait pourquoi la forcée à se souvenir, alors. Mais elle devait se plier aux règles …

Elle s’allongea sur le fauteuil, comme l’avait demandé le psychologue au air sympathique.

Plein de questions lui venait à l’esprit : elle s’interrogeait sur cette période, sur sa sœur, comment est-elle morte, qu’ont-elles subies …

- Bien, concentre toi sur le mouvement de la pendule, ne pense à rien d’autre. Tes paupières deviennent lourdes…

Plus elle se concentrait pour se vider la tête, plus les questions arrivaient. Ce sont-elles défendues ?

- Tu tombes dans un profond sommeil, tu n’entends que ma voix … Concentre toi dessus…

Quels étaient les derniers mots d’Alice…

- Raconte nous ce qui s’est passé après que les 4 hommes vous ont poussé dans la voiture.

- …

- Charlotte ? Tu entends ma voix ?

- Oui.

- Alors raconte nous.

- …

Le psychologue se redressa perplexe. Il refit plusieurs tentatives qui échouèrent les unes après les autres. Après quelques minutes de réflexion, il trouva l’idée de recommencer l’hypnose.

Il réveilla Charlotte qui semblait n’avoir aucun souvenir de ce qu’il venait de se passer. Pensant que la séance était terminée, elle se leva.

- Non non, reste allongée. Laissez moi un instant, juste le temps d’annuler quelques rendez-vous.

Charlotte questionna Michel du regard. Le psychologue revient auprès de Charlotte et recommença l’hypnose. Cela rendait toujours le même résultat : Charlotte restait muette.

Il avait beau multiplier les essais rien ne changeait. Cependant, il ne s’avoua pas vaincu.

- C’est bien ce que je craignais …

- Quoi donc, demanda Michel inquiet.

- La barrière dont je vous parlais tout à l’heure... Avant, c’était Charlotte qui était dehors mais maintenant, c’est nous qui sommes dehors. Elle est inconsciemment avec ses souvenirs. C’est une chance. Je vais vous mettre un rendez vous dans ma polyclinique, demain disons vers 16h. Cela vous convient-il ?

Michel était fatigué à la place du psychologue pour avoir parler si longtemps.

- Heu oui, je prendrai congé pour l’aprèm. Mais que va-t-on lui faire à l’hôpital ?

- On va pouvoir la faire se rappeler d’elle-même.

- Très bien, je vous fais confiance Monsieur Harman.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le lendemain, dans la polyclinique.

- Bonjour Monsieur Fitzgerald, venez par ici.

- Bonjour Monsieur Harman, dit poliment Michel.

Même rituel mais, cette fois, dans une pièce différente. Un infirmier vint placer des électrodes sur Charlotte puis sortit. Le psychologue fit s’allonger la jeune fille et commença l’hypnose sans attendre. Une fois qu’elle fut tombée dans un profond sommeil, il brancha les électrodes. Un appareil sonore s’alluma et émis un son régulier.

- Maintenant nous allons essayer de la faire se confronter à ses souvenirs.

Il se mit à lui parler doucement, à dire tout ce qu’il savait de son histoire afin de la mettre dans la situation. Au fur et à mesure qu’il parlait, le son de l’appareil s’intensifiait.

Arrivé au moment où il ne savait plus rien, il lui posa des tas de questions sur elle, sa vie d’avant.

Elle parla calmement de son enfance, de sa vie …

Puis, le psychologue vint à parler de sa mère.

Charlotte raconta les souvenirs de sa mère.

Ensuite, il aborda le sujet de sa sœur.

Elle parla de leur complicité, de leurs bêtises, de leurs disputes, de leur sorties et enfin de la sortie en question.

Il continua en lui posant des questions auxquelles il connaissait déjà les réponses.

Il reparla de sa sœur. Où elle était, que faisait-elle, comment est-elle morte ?

Le signal sonore s’emballa, le corps de Charlotte était parcouru par des spasmes, ses mains se crispèrent, ses ongles transpercèrent le fauteuil. Elle se réveilla brusquement, paniquée, ayant du mal à respirer.

Michel ne savait pas quoi faire pour la calmée. Le psychologue appela l’infirmier. Au moment où celui-ci ouvrit la porte, la jeune fille arracha les électrodes, se leva et se mit à courir vers la porte. L’infirmier l’attrapa de justesse. En voyant que quelqu’un la retenait, elle mordit le bras de l’infirmier qui tentait simplement de la calmée.

D’autres infirmiers arrivèrent en renfort. Ils durent se mettre à 3 pour lui administrer un calmant.

- Je voudrais la garder en observation ici, dit le psychologue.

- Je ne suis pas sûr que ça va l’aider. Je … je ne sais plus quoi faire pour elle.

Michel était sous le choc. Ca lui faisait mal de voir la petite ainsi. Il voudrait tellement l’aider.

- Ne vous en faîtes pas, tout se passera bien. Ses souvenirs lui sont revenus, il faut juste qu’elle digère la pilule … Vous voyez ce que je veux dire ?

- C’est entendu, fini par dire Michel. Mais prenez soin d’elle.

- Vous pouvez venir la voir aussi souvent que vous voulez.

Il ordonna aux infirmiers d’aller placer la jeune fille dans une chambre pendant que le calmant faisait effet.

Monsieur Harman invita Michel à les suivre.

Il scruta la nouvelle de chambre de Charlotte : une chambre d’hôpital un peu luxueuse, dont les murs était d’un blanc immaculé, une fenêtre placée en hauteur, un grand lit, une salle de bain carrelée en blanc, une douche. Rien ne laissait penser que c’était un hôpital pour les fous. Mais les personnes atteintes de maladies mentales étaient dans une autre partie du bâtiment.

Après avoir discuté avec le psychologue et les infirmiers, il regarda une dernière fois Charlotte qui était allongée sur le grand lit, et fini par s’en aller.
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Shaman Jerk le Lun 17 Nov - 22:24

Très bon, j'ai adoré ce chapitre!
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : L'ange de la nuit.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum