Fan Fiction : One Shot

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mar 11 Nov - 22:43

One Shot Sur Tokio Hotel

---

Une lueur d’espoir




Allongé sur le lit de sa chambre d’hôtel, Bill rêvassait. Cela faisait trois semaines qu’ils avaient entamé la tournée et il n’avait pratiquement pas une seconde à lui alors, dés que la moindre occasion se présentait, il filait dans sa chambre afin d’être un peu seul et de se vider l’esprit. La porte s’ouvrit brusquement et Tom déboula dans la pièce avec Georg et Gustav sur les talons. Bill leurs jeta un regard noir, indigné d’avoir été interrompu si brutalement en pleine méditation.

- On ne vous a donc jamais appris à frapper avant d’entrer dans une pièce ?

Son frère jumeau ignora la remarque et lui tendit une feuille de papier. Le chanteur la saisit et l’examina. Cela devait encore être une lettre d’une de ces fans hystériques qui le demandait en mariage. Il releva la tête sans même lire et la tendit à Tom.

- Dorénavant, j’apprécierai que tu arrêtes de m’ennuyer avec des bêtises !

- Lis-la au moins ! dit Gustav, qui se trouvait un peu en retrait.

Bill rapprocha le papier de lui et commença à lire. L’écriture était manuscrite et très soignée :



Chers membres du groupe Tokio Hotel



Je m’appelle Françoise Germain, je suis française et j’écris cette lettre pour ma fille. Elle s’appelle Claire, elle a seize ans et adore ce que vous faites. Elle aurait tant voulu venir vous applaudir lors de vos concerts en France mais malheureusement, elle ne le peut pas. Claire a une leucémie, cela fait maintenant six mois qu’elle n’est pas sortie de l’hôpital et elle n’en sortira probablement plus jamais. Sa maladie a évoluée trop tôt, trop vite. Les médecins ne lui donne plus que deux mois à vivre. Je ne vous demande pas grand-chose, juste de lui envoyer une photo dédicacée (surtout de vous, Bill, je crois que vous lui plaisez beaucoup). Ce n’est pas grand-chose mais pour elle se sera comme une lueur d’espoir face à l’obscurité de la mort qu’elle redoute tant.

Dans l’espoir d’avoir de vos nouvelles très vite (souvenez-vous que ses jours sont comptés), mes amitiés les plus sincères.

Françoise Germain




Bill releva la tête et en voyant la mine de ses camarades attendant une réaction, il demanda :

- Qu’est-ce que vous voulez ?

- Ben, je ne sais pas. Que fait-on ? répondit Tom.

- On va lui envoyer une photo dédicacée comme elle le demande avec un petit mot lui souhaitant bon courage.

Les autres le regardèrent ahuri et cette fois, c’est Georg qui prit la parole :

- Attends ! Cette fille va mourir et toi tu veux lui dire « bon courage », mais t’es pas bien !

Bill prit la mouche :

- Et qu’est-ce que vous voulez que je fasse, hein ? Que je débarque dans sa chambre d’hôpital, que je lui chante une jolie chanson et que je la prenne dans mes bras ensuite ?

Les trois rockeurs se mirent à sourire.

- En fait, c’est justement ce à quoi nous pensions. Nous passons à Bordeaux, là où la jeune fille est hospitalisée dans deux semaines, nous pourrions lui rendre une petite visite surprise, proposa Tom.

Bill réfléchit quelques secondes, puis il sourit et acquiesça :

- Bon, demandez à notre agent de prendre contact avec madame Germain, on a une petite surprise pour sa fille.



Deux semaines plus tard



Arrivé à l’hôpital de Bordeaux, Bill, Tom, Gustav et Georg rentrèrent par une petite porte à l’arrière accompagné de Françoise, la mère de Claire. Le seul instrument qu’ils avaient pu emporter était la guitare de Tom car la jeune fille était en chambre stérile. Françoise les guida jusqu’à l’étage réservé aux malades du cancer. Là, ils traversèrent un long couloir étroit. Les murs étaient d’un blanc parfait, immaculé. Il était éclairé par une rangée de néons qui émettaient une lumière aveuglante. Ce couloir ressemblait étrangement à celui qu’empreintent les gens qui sont en train de mourir dans les films. Comme si ce couloir avait été conçu pour que les malades comprennent qu’il était à sens unique, que quand ils en ressortiraient, se serrait les pieds devant…

Ils arrivèrent ensuite devant une grande vitre derrière laquelle se trouvait une chambre. Sur le lit, il y avait une jeune personne assez mince qui avait un foulard rouge sur la tête afin de masquer son crâne nu. Elle avait également des cernes bleuâtre sous les yeux certainement dues aux traitements lourds et désormais inutiles qu’on lui infligeait pour se donner bonne conscience.

Françoise frappa le verre de son point. Sa fille leva la tête et quand elle vit les quatre garçons, ses yeux s’écarquillèrent d’étonnement. Après quelques secondes, le temps de réaliser qu’elle ne rêvait pas, elle se leva et s’approcha lentement. Elle les inspecta attentivement de ses yeux pétillants de surprise et d’excitation, puis, son regard se plongea dans celui de Bill. Elle plaqua sa main contre la vitre et le il l’imita…

Quand ils purent entrer dans la chambre, après être passé dans un caisson de stérilisation et habillé comme des chirurgiens, Françoise fit brièvement les présentations même si cela était bien inutile. L’émotion était palpable, Françoise était au moins aussi émue que Claire de voir sa fille, d’habitude inerte, aussi heureuse. Elle tournait sur elle-même, agitait les bras dans tous les sens, poussait des petits cris stridents… Bref, elle était heureuse pour la première fois depuis longtemps.

Ils parlèrent tous ensemble de tout et de rien pendant un moment. Tous les membres du groupe étaient contents et fiers de rendre le sourire ainsi à une âme en perdition. La jeune fille parlait couramment l’Allemands avec cependant un léger accent que Bill trouvait adorable…

Puis, prise d’un léger malaise, Claire dû s’allonger. Le chanteur s’assit sur le rebord du lit, lui prit la main et demanda :

- Quelle est ta chanson préférée ?

Elle répondit sans hésiter :

- An deiner seite ich bin da.

Le jeune homme fit signe à son frère qui s’assit dans le fond du lit et commença à gratter les cordes de sa guitare. Bill se mit à chanter. Claire ferma les yeux de volupté, le garçon qu’elle admirait le plus au monde chantait pour elle dans sa triste chambre d’hôpital. Bill la regarda, cette fille avait dû être si belle avant ce mal qui l’importait à petit feu.

Elle s’endormit et ils s’en allèrent.



Le lendemain



Bill, assit sur le fauteuil de sa loge, fixait le vide, pensif. Il pensait à Claire. La rencontre avec la jeune fille l’avait beaucoup troublé. il se demandait comment lui il réagirait si il était à sa place. Serrait-il encore capable de rire et de sourire comme elle l’avait fait la veille ?

Son ordinateur portable qui était posé devant lui sur une table émit un « bip », ce qui le fit sursauter. Il s’approcha de l’appareil et cliqua sur l’enveloppe lui signalant qu’il avait reçu un mail. C’était Claire qui lui souhaitait bonne chance pour le concert de ce soir. Le jeune chanteur sourit et au moment où il s’apprêtait à répondre, son frère entra.

- Tu surferas plus tard, on doit y aller.





Au cour des deux semaines qui suivirent Claire et Bill communiquèrent par Internet, ils se racontaient leurs journées, Bill racontait comment était la vie dehors, les concerts… Claire racontait la maladie mais sans jamais se plaindre, ce qui touchait beaucoup le jeune homme.

Un jour où Bill ne se sentait pas très bien, il téléphona à la jeune fille. Il voulait juste entendre sa voix. Elle était très fatiguée ce jour là et bien sûr très déprimée. Il sentait bien que ça n’allait vraiment pas pour elle non plus. Au bout d’un moment, elle lui demanda :

- Pourquoi fais-tu ça ?

- Pourquoi je fais quoi ?

- Me téléphoner, perdre ton temps à parler avec moi alors que je vais mourir ?

Bill fut choqué de l’entendre dire cela.

- Tout simplement parce que je crois que je suis amoureux de toi.

Les mots s’étranglèrent dans sa gorge et des larmes commencèrent à ruisseler le long de ses joues.

La réaction de Claire ne fut vraiment pas celle à laquelle il s’attendait : elle éclata d’un rire méprisant.

- Amoureux de moi, tu rigoles ? Tu fais ça juste parce que je suis malade et que tu sais que c’est ce que je voudrais ! Personne ne pourrait avoir envie de moi ! T’es qu’un hypocrite !

Bill ne répondit rien, les mots de la jeune fille résonnaient encore dans sa tête. Comprenant la méchanceté de ses paroles, elle reprit d’un ton désolé :

- Excuse-moi, je…

Il l’a coupa :

- Au début, c’est ce que je croyais, que c’était juste par pitié mais au fur et à mesure que le temps passe, je me rends compte que tu es une fille formidable et que je serrais un imbécile de ne pas t’aimer.

Il raccrocha sans attendre sa réaction.





Une semaine plus tard, Bill reçu un coup de fils de la mère de Claire lui signalant que la jeune fille ne tiendrait probablement plus quarante-huit heures. Le jeune homme prit le premier train en partance pour Bordeaux sans prévenir personne. Il voulait y aller seul.

Quand il rentra dans la chambre de Claire, celle-ci était encore plus pâle que d’habitude. Ses yeux ne brillaient plus, n’espéraient plus. Elle ne faisait qu’attendre, attendre la mort. Il s’allongea dans le lit et la prit dans ses bras. Elle ne dit rien mais se blottit contre lui comme si il pouvait l’aider, la protéger. Puis, elle se redressa, approcha ses lèvres de celle de Bill et ils s’embrassèrent. Ensuite, elle posa sa tête sur son torse. Il se mit à chanter doucement et bercée au rythme des respirations, elle quitta ce monde.


Dernière édition par TheLicantrophe le Mer 12 Nov - 20:15, édité 1 fois
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  Shaman Jerk le Mar 11 Nov - 22:51

Horrible... Enfin, je veux dire que comme situation, ça doit être vraiment horrible... Et tu sais très bien représenter les émotions et tout ça. Je sais, c'est pas une remarque des plus constructives, mais je sais pas vraiment comment exprimer ce que je ressens à propos de ce One Shot. Donc, pour résumer en une phrase: c'est bien écrit, c'est magnifique je dirai même...
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mar 11 Nov - 22:53

Shaman Jerk a écrit:Horrible... Enfin, je veux dire que comme situation, ça doit être vraiment horrible... Et tu sais très bien représenter les émotions et tout ça. Je sais, c'est pas une remarque des plus constructives, mais je sais pas vraiment comment exprimer ce que je ressens à propos de ce One Shot. Donc, pour résumer en une phrase: c'est bien écrit, c'est magnifique je dirai même...

Ca me touche beaucoup parce que ce que je recherche ce n'est pas d'écrire le plus beau texte, mais de faire passer les émotions à travers chaques mots, chaques phrases pour toucher le lecteur.

J'ai un autre One shot je le mets aussi sur cette page ou j'en ouvre une autre sur le forum ?
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  Shaman Jerk le Mar 11 Nov - 22:55

Non, tu peux le mettre ici! Sinon, je sais que c'est vraiment difficile de faire transmettre les émotions. Quand j'écrivais des textes, c'était vraiment la chose que j'avais le plus dur à faire...
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mar 11 Nov - 22:56

Shaman Jerk a écrit:Non, tu peux le mettre ici! Sinon, je sais que c'est vraiment difficile de faire transmettre les émotions. Quand j'écrivais des textes, c'était vraiment la chose que j'avais le plus dur à faire...

Moi c'est la première chose que j'ai su faire. J'me suis mise à pleurer en écrivant t'imagine ^^
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  Shaman Jerk le Mar 11 Nov - 23:00

Ah oui, quand même^^. Bah, ça prouve que tu sais t'insérer dans ta propre histoire, c'est vraiment complexe une chose pareille.
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mar 11 Nov - 23:08

Unis par le sang


Mardi 23 novembre (22h37)

Cher cahier, je me présente : je m’appelle Tom Kaulitz, j’ai 17 ans. Je me sens un peu bête d’écrire un journal intime mais je ne sais plus chez qui me tourner. Il se passe quelque chose de terrible pour mon jumeau, Bill. Je le sais, je le sens.

Tout à l’heure, j’ai essayé de lui tirer les vers du nez. C’est juste un coup de fatigue, m’a-t-il dit. Pourquoi me ment-il, lui qui est une part de moi … Comment peut-il ne pas voir que ça me fait mal ? Pourtant, je trouverai ce qui le tracasse.

Peut-être des soucis à l’école ? A-t-il vu quelque chose susceptible de l’avoir choqué en sortant le chien tout à l’heure ?

Autant de questions, aucune réponse. Je crois que je viens d’entendre Bill monter les escaliers. Je vais donc en rester là pour aujourd’hui.


(23h55)

Il faut que je t’explique ce qu’il vient de se passer : Bill est allé dans la salle de bain. Il ne faisait aucun bruit lorsque soudain, il se mit à crier. Je m’approchai de la porte, inquiet.

- Ca va Bill ?

- Oui, je me suis simplement cogné.

- Mais quel maladroit tu fais, dis-je sur une pointe d’ironie, fais attention la prochaine fois.

Il m’a semblé entendre un râlement par de là la porte. Alors que je m’apprêtai à retourner dans ma chambre, je l’entendis sangloter. J’essayai d’ouvrir la porte mais elle était verrouillée.

- T’en fais pas, c’est juste que je me suis fait très mal, dit-il entre deux sanglots.

Je n’insistai pas plus … Mais je rajoutai tout de même :

- Si … Si tu as besoin de parler, tu sais que je suis là. N’est-ce pas petit frère ?

- Oui, merci Tom, mais ça va aller.

Je retournai dans ma chambre, pensif, attendant que Bill se décide à sortir de la salle de bain afin d’aller au toilette. Je sais que je me préoccupe beaucoup de mon jumeau, mais après tout c’est mon rôle. Si je suis né dix minutes avant lui, c’est pour le protéger…

C’est un quart d’heure plus tard que je pus enfin vider ma vessie.

- Désolé, me dit-il avant que je ne pénètre dans la pièce, il y a un peu de bazar dans la salle de bain, juste un peu.

- Ben pourquoi tu ne ranges pas, demandai-je perplexe.

- Je suis crevé. J’ai fait le plus gros que je pouvais mais …

- Oh, Bill, merde quoi ! Ca va encore être pour ma pomme …

- Bah … Je rangerai demain, promis !

Il partit en courant dans sa chambre sans que je puisse rajouter un mot. J’ai un mauvais pressentiment. Je pousse nerveusement la porte. Oh mon Dieu !

Des vêtements par terre, des bouts de papier un peu partout, tous tiroirs étaient grands ouverts, la poubelle remplis à ras bord et j’en passe. Ma curiosité fut piquée par cette poubelle. Je m’approchai et en examinai le contenu : une chemise appartenant à Bill, tâchée de sang, déchirée au niveau du col, des papiers de pansements …

Je suis sûr qu’il s’est battu avec des racailles du coin. Je vais avoir une petite discussion avec lui demain.


Mercredi 24 novembre (14h30)

- Il faut que je te parle petit frère.

Bill semblait nerveux, il tremblait de tous ses membres.

- Qu’est ce que tu veux, bégaya-t-il.

- Je sais que tu t’es fait attaqué.

Il sursauta et s’écria :

- Non, tu te trompes, je … non !

- Bill, dis moi qui sont les racailles qui t’ont fait du mal ?

- Les racailles ?

Il parut étonner, ensuite son visage s’illumina.

- Ah oui les racailles ! Ne t’en fait pas Tom. Je leur ai réglé leur compte, ils ne m’embêteront plus.

- Mais je ne comprends pas, lui avouai-je, où t’ont-ils frappé, tu n’as pas de marques a visage, heureusement d’ailleurs !

- Heu … Dans les côtes et un peu dans l’estomac mais j’ai su me défendre.

- Oh mon Dieu Bill ! Dis moi leur nom !

- Ne t’en fait pas, me rassura-t-il, ça va aller maintenant.

Il me sourit, j’en fis de même malgré que je ne sois pas entièrement convaincu.

Le reste de la journée se passa normalement. Quand la dernière sonnerie, annonçant la fin des cours, retentit, je me dirigeai vers la grille et attendis Bill, comme à mon habitude. Dix minutes passèrent, pas de Bill en vue. Bizarre.

- Ah enfin, m’exclamai-je.

- Désolé, j’ai eu un petit contre temps.

Nous rentrâmes à la maison, sans trop insister sur le sujet.


(20h30)


Vu que Bill dort en caleçon, je suis allé voir, pendant son sommeil, les blessures qu’il devait avoir de son agression. Je fus surpris – et heureux – de constater qu’il n’en avait aucune. Je remarquai juste quelques griffures au niveau de son cou. Cependant, il m’a encore menti.

Je devrais en parler à Andréas, notre meilleur ami commun. Mais pour lui dire quoi ? Bill s’est fait agresser par des racailles ? Je n’en suis même sûr. Non … Ce n’est pas une bonne idée de lui raconter ce qu’il se passe en ce moment. Mais je vais peut-être lui demander quelques conseils sans lui donner des détails, dès demain matin.


Jeudi 25 novembre (12h10)

- Tu ne trouves pas que Bill est bizarre ces temps-ci, lui demandai-je.

- Pas spécialement pourquoi, il lui est arrivé quelque chose, me dit-il inquiet.

Je me doutais qu’il s’inquièterait et qu’il ferait tout son possible pour nous aider, mon frère et moi. C’est un mec bien, comme disait ma mère, sûr qui on peut compter en cas de coup dur. Malgré cela, il n’y a qu’en écrivant que je me libère l’esprit.

- J’ai l’impression que Bill me cache quelque chose.

- Ah … Pas chouette ça … Tu en ai sûr ?

- Ben c’est mon jumeau, je le sais, c’est comme ça.

Les mots avaient du mal à sortir…

- Tout ce que je peux te conseiller, c’est de l’espionner, de le suivre et tu verras bien par après quoi faire.

Espionner mon propre frère ? L’idée ne me serait jamais venue à l’esprit mais elle semblait bonne.


Samedi 26 novembre

Aujourd’hui, je serai bref car Bill s’apprête à sortir et que moi, de mon côté, je m’apprête à le suivre. Je voudrais seulement parler de la subite disparition d’Andréas. Il n’est pas venu à l’école hier, et il n’est pas chez lui. Ses parents sont très inquiets et ont averti la police. J’espère que Bill n’y est pour rien.


Dimanche 27 novembre (13h15)

C’est derniers jours, j’ai appliqué ce qu’Andréas m’avait conseillé… J’en ai appris des choses bien que je ne comprenne toujours ce qu’il s’est passé ce fameux mardi. Cependant, j’ai constaté que le comportement de mon jumeau a fortement changé. Il est devenu agressif, alors qu’auparavant il était pacifique. Il est très violent ; Il a frappé Scotty, notre chien, parce qu’il grognait sur lui ; asocial, se referme sur lui-même. Il ne me parle presque plus … J’ai vraiment l’impression que ce n’est plus mon frère. Et c’est un choc de le voir comme ça sans en connaître la ou les raisons. Un truc que j’ai remarqué : il reste très peu à la maison. Et comme justificatif : « Je vais à la bibliothèque ». Me prend-t-il pour un con ? La bibliothèque est fermée pour cause de travaux, mais je n’ai rien dit afin de pouvoir le suivre.

Il a été jusqu’au petit bois. J’ai d’abord pensé qu’il se droguait mais en le suivant un peu plus loin, je ne savais plus quoi penser. La scène à laquelle j’ai assisté m’a donné envie de vomir : Bill entra dans une petite cabane. Peut-être qu’il a une relation impossible avec une jeune fille. Je m’approchai de la fenêtre pour y voir à l’intérieur : il y avait Andréas bâillonné. Bill leva sa main et lui asséna un coup dans l’estomac, savourant la douleur de sa victime. Je ne sais pourquoi mais je ne pu réagir face aux atrocités que Bill fit à notre ami avant que celui succombe. J’étais comme paralysé, effrayé, me répétant sans cesse que ce n’était pas mon frère. C’est très dur car maintenant j’ai peur de lui, de ce qu’il peut me faire. J’aurais dû lui parler plutôt … Je me suis senti mal … Ma tête tournait … Il fallait que je rentre et dès que Bill en ferait autant je lui parlerai franchement.


(15h24)

Enfin rentré. Je me retrouve seul. Et oui, je vis avec mon frère depuis que nos parents ont voulu nous séparer : Chacun voulait la garde d’un de nous deux. Nous avons préféré nous débrouiller seuls afin de rester unis. Le divorce de nos parents nous a vraiment rapproché.

Mais ce soir, je le forcerais à parler !


(21h45)

- Ecoute Bill, il faut qu’on parle.

- J’ai pas envie de te parler.

Il prit son manteau et se dirigea vers la porte d’entrée.

- J’ai dit qu’il fallait qu’on parle, répétai-je en lui barrant la route.

- Rien à faire, me cracha Bill, en me poussant.

Ce que je sentis à ce moment est très dur à mettre sur papier. C’était à la fois de la colère mêlé au désespoir. J’avais autant envie de crier, que de pleurer.

Je me plaçai devant la porte afin de lui faire obstacle. Il m’empoigna le bras avec sa main gauche et s’apprêta à me frapper avec la droite. Je baissai la tête et mis la seule main de libre devant mon visage pour me protéger.

Quelle vision horrible … Des images défilaient dans ma tête : nous deux petites, si proche, tellement unis. Ce qui nous lie a bravé de nombreux obstacles, même nos parents.

Au fur et à mesure que les souvenirs revenaient, les larmes me montèrent aux yeux et finirent par rouler sur mes joues.

- Oh mon Dieu Tom, qu’est ce qui m’arrive ?

Il avait lâché prise et sa voix était redevenue douce. Je pouvais reconnaître mon Bill. Lorsque je relevai la tête, je découvris mon jumeau tout tremblant et les larmes coulèrent encore plus fort. Par instinct, je pris Bill dans mes bras, le serrant contre moi, passant ma main dans ses cheveux noir corbeau et lui murmurant des mots rassurant au creux de l’oreille.

- C’est rien, ça va aller, je vais t’aider. Tu veux bien ?

- Tom, j’ai peur ! Je ne me contrôle plus !

Je profitai de ce moment de lucidité de sa part pour comprendre ce qui lui arrive en lui posant l’ultime question : que c’est-il passé mardi.

- Je ne sais plus.

- Aller ! Fais un effort !

J’avais inconsciemment crier ce qui eut pour conséquence de le faire sursauté.

- Tu ne dois pas avoir peur de m’en parler, tu le sais bien, lui dis-je doucement.

- Mais j’ai peur que tu me traites de menteur et ça je ne le veux pas.

- Bill, comment peux tu douter de moi, l’interrogeai-je.

Il inspira profondément comme si la confession qu’il allait me faire était un très lourd fardeau.

- Quand j’ai été promené Scotty dans le bois, j’ai … je me suis fait attaqué par une espèce de monstre.

Ca explique la chemise en sang dans la poubelle, les griffures dans le coup mais son comportement ? Je ne comprends toujours pas ces changements brutaux.

- Tu vas peut-être me prendre pour un fou, continua-t-il, mais c’était un lycanthrope.

Oh mon Dieu … Voilà l’élément qu’il me manquait. Ca ne m’avait même pas traversé l’esprit. En plus, les informations parlaient d’un chien enragé rodant dans le bois mais à mon avis personne ne s’en est approché et ne savait donc pas quelle était la vraie nature de ce « chien ». Pourquoi croire mon jumeau ? Je le vois dans ses yeux qu’il dit la vérité. C’est ça être jumeau, tout savoir de l’autre …

- Ca voudrait donc dire que tu es entrain de te transformer.

- Tom je ne sais plus quoi faire !

Je courus jusqu’au bureau à l’étage, Bill me suivit. Je m’installai sur l’ordinateur et entamai une recherche sur les loups-garous. Rien de très concluant. Les gens ne savent pas faire la différence entre un mythe et la réalité … Un exemple : pour tuer un loup-garou, il faut utiliser une balle en argent. Pour ralentir la transformation, utiliser un objet en argent. Mon frère a deux piercings qui sont en argents et ça ne l’a pas empêché de se laisser contrôler !

Bill était assis à côté de moi et fixait l’écran comme si la solution pouvait apparaître à tout instant.

Après une heure de recherche, je tombai sur un site plus sérieux qui se révéla très intéressant. En effet, il parlait des monstres qui circulent dans notre monde et non des vieilles légendes. Je cliquai sur l’article intitulé « En cas d’attaque ». Je parcourai rapidement l’article et avalai nerveusement ma salive quand je lus ce passage :

Toute personne ayant été attaquée par un loup-garou a peut de chance de s’en sortir mais il arrive que certains échappent aux griffes du monstre. Dans ce cas, quelque blessure qu’il soit entraînera une transformation. Elle se manifestera par une cicatrisation rapide des plaies, un changement de comportement qui peut-être très violent, une attirance pour le cannibalisme et peut même aboutir à des meurtres…

La liste me semblait interminable et s’appliquait parfaitement au cas de Bill. Ce que je lis ensuite me glaça le sang.

La transformation est irréversible. Une fois le processus en marche, il n’y a aucun moyen d’y mettre un terme. La seule solution, dans ce genre de situation, est la mort. Car rester vivant dans cet état causerait la mort de plusieurs innocents.

Mes jambes se sont mises à trembler. Non ! Ca ne doit pas se passer comme ça ! Je ne peux pas vivre sans Bill. Je suis soulagé qu’il se fût endormi car il n’aurait pas supporté de lire cet article. D’ailleurs, à la fin de celui-ci se trouvait des coordonnées pour prendre contact avec l’auteur du site. Je notai en vitesse le numéro de téléphone. 00h09, ce n’est pas une heure raisonnable pour appeler quelqu’un. Tant pis, je sonnerai dès demain matin.


[à suivre]
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mar 11 Nov - 23:09

[suite ]

Lundi 28 novembre (8h00)

Bill dormait encore au moment où je décidai d’appeler. Mon cœur s’emballait et ma respiration se faisait irrégulière.

- Allo ?

- Oui, bonjour. Vous êtes bien le créateur du site sur les lycanthropes ?

- Tout à fait. Que puis-je pour vous ?

- Et bien …

- Oui ?

La voix au bout du téléphone s’impatientait. J’aurais tellement voulu raccrocher mais je devais le faire pour Bill.

- Mon frère a été attaqué …

- Mes sincères condoléances, me coupa la personne.

- Non, il a survécu ...

- Oh ! Vous savez ce qui vous reste à faire. Je sais que c’est une chose difficile surtout que c’est votre frère mais vous devez le faire.

- Etes-vous sûr qu’il n’y a pas d’autres solutions ?

- Malheureusement, oui.

Je n’y croyais pas. Enfin, je ne voulais pas y croire pourtant la vérité était là, sous mes yeux.

- Si vous voulez nous pouvons nous en charger gratuitement, pour cela il vous

Je raccrochai, je ne voulais pas en entendre d’avantage ! Je vais en trouver une autre de solution !! On ne va rien dire à personne et apprendre à vivre avec.

Bill semblait être plus calme aujourd’hui. Peut-être a-t-il comprit que je ne laisserai jamais tombé … Malgré tout, son comportement reste le même : il se met à manger de la viande crue. Mais bon, du moment qu’il ne quitte pas la maison, je ne me fais pas trop de soucis.


(18h57)

La police est venue. On nous a interrogé sur la disparition d’Andréas. Evidemment, nous avons fait croire que nous n’en savions rien mais je ne suis pas dupe. Si la police a débarqué, c’est qu’elle sait quelque chose. D’ailleurs, je ne m’étais pas trompé : l’un des inspecteurs m’a demandé de faire un interrogatoire seul.

- On sait que ton frère a tué Andréas.

- Ce n’est pas possible. On n’a pas vu Andréas depuis mercredi.

Il m’a tout de suite fait comprendre qu’il avait des preuves sur ce qu’il avançait et qu’il savait que je couvrais Bill.

- Des témoins affirment t’avoir vu parlé avec lui jeudi, comment explique tu cela ?

- Je me suis trompé d’un jour et alors ?

- D’accord … Tu veux jouer à ça, tu l’auras voulu. On a retrouvé le corps d’Andréas dans une cabane dans le bois. Des témoins ont vu Bill se rendre dans ce même bois dimanche.

- …

- Je vais te laisser réfléchir à tout ça, je vais aussi contacter un avocat pour vous deux, d’ici là tenez vous à carreau. Je reviendrai demain et croyez moi … Je vous ferai coffrer.

Je dois protéger Bill à tout prix !

- Qu’est-ce qu’on va faire Tom, tu sais aussi bien que moi que je l’ai tué.

- Ce n’est rien, j’ai trouvé une solution … Je ne te laisserai pas t’emmener.

- Tu comptes faire quoi, me demanda-t-il perplexe.

- Tu verras demain.

Et oui, pendant ces quelques heures, je me suis mis à réfléchir et j’ai fini par trouvé la solution.

Bill et moi avions été toujours unis et cela depuis la naissance. Nous sommes unis entre autre par notre ressemblance physique, mais aussi par le sang. La solution réside dans ce petit mot : sang. La connexion entre des jumeaux est construite sur le fait qu’ils se comprennent toujours, car leur sang les lie. Dans notre cas, Bill n’est plus pareil, la connexion est alors brisé et nuit à notre relation. Mais bientôt, tout redeviendra comme avant pour nous deux.


Mardi 29 novembre

Nous étions dans la cuisine. Il me regarda l’air perplexe, ne sachant rien de la suite des évènements. Je me levai, pris un couteau dans le tiroir et revins à ma place. Bill me fixait avec un regard complètement perdu.

- Tu ne vas pas me faire du mal quand même ?! Jusqu’ici, j’ai pu me contrôler pour toi, me cria-t-il.

- Mais voyons, pourquoi je te ferais du mal, lui dis-je d’une voix douce.



Je pris sa main droite et fit, à l’aide du couteau, une entaille dans sa paume, ce qui lui arracha un cri de douleur. J’en fis de même sur ma main gauche.

- Mais tu es malade Tom ! Pourquoi tu fais ça ?!

- Je le fais pour nous, petit frère.

Je pris sa main et la plaça à l’intérieur de la mienne de façon à mélanger notre sang.

- Bill, nous sommes à nouveau unis par le sang.

Il me sourit.

Voilà ce dont on avait besoin, rétablir à nouveau cette connexion. Maintenant la transformation va s’opérer sur moi, qu’importe je suis avec mon frère. N’est-ce pas le plus important ?

Nous avons décidé de quitter tout ce que nous possédons pour vivre notre nouvelle vie. Et pour être sûr de ne plus avoir d’attache, nous allons mettre le feu à notre maison.

Finalement, cette malédiction nous a rendu unis jusqu’à la mort…

Si quelqu’un trouve ce carnet parmi les décombres de la maison, je voudrais qu’il le garde secrètement car il est unique. Cette personne sera la seule à connaître l’histoire des jumeaux Kaulitz.


Adieu, monde de l’humanité. Tom Kaulitz.
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  Shaman Jerk le Mar 11 Nov - 23:26

C'est... Wah! Là non plus je sais pas vraiment comment exprimer. Ici, ça vire plus dans le fantastique et t'arrives à bien écrire sur ça aussi. L'histoire est un peu tiré par les cheveux, mais tant que les émotions sont présentes et que l'histoire est bien écrite, c'est tant mieux! Donc, tout comme le précédent, c'est excellent!
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mer 12 Nov - 19:50

Shaman Jerk a écrit: L'histoire est un peu tiré par les cheveux ...

Oui c'est vrai, mais j'aime tout ce qui est tiré par les cheveux xD
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  REIKETSU NARISEBA le Mer 12 Nov - 19:57

Tiré par les chevaux xDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD
avatar
REIKETSU NARISEBA

Messages : 197
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 24
Localisation : Scène du crime

Voir le profil de l'utilisateur Http://PosterXTH.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mer 12 Nov - 20:05

Rho ça va hein xD
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  Shaman Jerk le Mer 12 Nov - 20:30

CocaPowaa a écrit:Tiré par les chevaux xDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD

Une des nombreuses répliques cultes de Love Apple... J'enregistre...
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mer 12 Nov - 20:32

[quote="Shaman Jerk"]
CocaPowaa a écrit:

Une des nombreuses répliques cultes de Love Apple... J'enregistre...
Nan xD

Au départ c'était lors d'une discution msn avec CocaPowaaa ( j'sais pas combient de a il a mis xD )

& je lui dit je monte sur mes cheveux ... Au lieu de chevaux -___-

Du coup maintenant cheveux, chevaux .. tout dans le même sac xD
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  Shaman Jerk le Mer 12 Nov - 20:35

Je sais, j'étais là^^. C'était pendant son annif!

Annif complètement pourri car on a pas pu aller à la patinoire et voir Love Apple... Mais sinon, c'était bien.
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mer 12 Nov - 20:44

Shaman Jerk a écrit:Je sais, j'étais là^^. C'était pendant son annif!

& merde --' xD
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mer 12 Nov - 20:46

Shaman Jerk a écrit:
Annif complètement pourri car on a pas pu aller à la patinoire et voir Love Apple... Mais sinon, c'était bien.

Mdr xD ! Ah toi aussi tu voulais me voir ? xD
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  Shaman Jerk le Mer 12 Nov - 21:02

TheLicantrophe a écrit:
Shaman Jerk a écrit:
Annif complètement pourri car on a pas pu aller à la patinoire et voir Love Apple... Mais sinon, c'était bien.

Mdr xD ! Ah toi aussi tu voulais me voir ? xD

Bah, oui, of course! Rencontrer Love Apple, celle qui sort des phrases devant lesquelles je m'exalte toujours, c'est un peu comme un rêve^^!
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mer 12 Nov - 21:08

Shaman Jerk a écrit:

..., c'est un peu comme un rêve^^!

Heu Ou pas quoi xD

Me rencontrer ? un rêve ? Oo
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  Shaman Jerk le Mer 12 Nov - 21:10

Oui, bon, j'exagère, mais ce serait génial de rencontrer une tarée obsédée qui veut tuer tout le monde.
avatar
Shaman Jerk
Admin

Messages : 474
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Mer 12 Nov - 21:25

Si tu le dis xD
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  kawashima kioryu le Sam 15 Nov - 23:31

moi serieux j aime bien tes fan fiction

il sont bien pensée les reactions peuvent se tenir
avatar
kawashima kioryu

Messages : 279
Date d'inscription : 14/11/2008
Age : 24
Localisation : quelque pars en ville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Sam 15 Nov - 23:33

the bettraveur a écrit:moi serieux j aime bien tes fan fiction

il sont bien pensée les reactions peuvent se tenir

Merci =)
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  kawashima kioryu le Sam 15 Nov - 23:35

derien

mais tu dvrais peut etre changer d acteur ( sans vouloirs te vexer)

t es pas fan d autre personne
avatar
kawashima kioryu

Messages : 279
Date d'inscription : 14/11/2008
Age : 24
Localisation : quelque pars en ville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  TheLicantrophe le Sam 15 Nov - 23:37

the bettraveur a écrit:
t es pas fan d autre personne

Ben j'aime bien écrire avec eux xD

Mais sinon avant j'écrivais des fictions sur des mangas.

La seule fiction que j'ai pas jetter est sur FullMetal Alchemist.
avatar
TheLicantrophe

Messages : 272
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 27
Localisation : Dans les nuages ! Essaye d'attraper les Etoiles ...

Voir le profil de l'utilisateur http://thelicantrophe.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan Fiction : One Shot

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum